Musique

« Doorways », l’EP pop-folk de Roxane Arnal

La jeune artiste musicienne, guitariste, chanteuse, compositrice et comédienne, Roxane Arnal, présente un premier EP aux résonnances folk-pop teintées de blues, intitulé « Doorways », accompagné de Baptiste Bailly au clavier et David Gaera aux percussions, sortie le 9 octobre 2020, chez Quart De Lune.

La musique est un domaine que Roxane Arnal pratique depuis toute jeune. Attirée par le son et l’instrument, elle y vient rapidement d’elle-même et fait ses classes dans un club de blues, l’Utopia, à Paris. A partir de là, elle joue sur scène, notamment en première partie de Paul Personne avec « Beauty and the beast », et participe à différents évènements musicaux « Blues sur Seine », « Festiblues International de Montréal », « Jazz à Vienne »…

Choisie pour incarner différents personnages à la télévision et au cinéma, elle  développe parallèlement une carrière d’actrice : « Un adultère », Philippe Harel, « Les rois du monde », « Madame Hyde » …

Cet EP est composé de cinq titres, avec les musiciens Baptiste Bailly (claviers), David Gadea (percussions), Mariano Steimberg (batterie) et Ales Cesarini (contrebasse). Un début où Roxane affirme son style et s’exprime librement. Une vidéo  « Give it all » qui donnera surement suite à un album.

Interview : Roxane Arnal 

– Comment avez-vous commencé votre carrière de musicienne? 

RA : J’ai fait mes premiers pas sur scène grâce au réseau Blues. Lorsque j’avais quatorze ans, je fréquentais le club de blues, l’Utopia. J’y ai appris cette musique avec les personnes du club et  elles m’ont permis très vite de monter sur scène. Quelques années plus tard, j’ai rencontré Michel Ghuzel, mon premier partenaire musical, avec qui j’ai formé le duo « Beauty and the beast ». Nous avons ensuite participé au tremplin « Blues sur Seine » qui nous a permis, par la suite, de faire beaucoup de concerts sur la scène Blues.  

– Vous développez parallèlement une carrière d’actrice, quel rapprochement faites vous entre les deux domaines? 

RA : Je pense que ce sont des moyens d’expression différents, un langage différent  permettant de réunir une âme qui se complète. Mon premier domaine a bien été la musique. Je suis venue plus tard au cinéma, par des rencontres. L’exercice n’est évidemment pas le même. Au-delà de ces expériences, je fais aussi de la danse. Je crois vraiment à la complémentarité de ces disciplines artistiques. Je me sens bien dans tous ces domaines et j’ai l’idée de monter un spectacle, seule en scène, où je jouerai la comédie, je chanterai et danserai. Au théâtre, le seul moteur est le corps et l’imaginaire, on se met à nu. La musique me transcende, il y a toujours eu un appel très fort. Elle est accessible à tous dès le plus jeune âge. Les fréquences et les vibrations sont pures à côté des mots qui s’apprivoisent au fil du temps et de l’expérience. L’empreinte digitale est présente, il faut la préciser à travers chaque discipline.  

– Quelles influences musicales retrouve-t-on, selon vous, dans votre musique à la fois folk et pop? 

RA : On m’attribue souvent des influences musicales de groupes que je n’ai pas écoutés. Certaines musiques, par contre, m’influencent : Bob Dylan est une référence pour moi, je m’en suis beaucoup inspirée, les Punch Brothers dans un registre pop, des artistes de folk tels que Ricky Lee Jones, Nora Jones. Le genre folk ressort beaucoup sur cet EP. Le titre, « Rushed to fly », est un clin d’œil au blues, peu présent dans ces enregistrements.  

– Quel est votre processus créatif? La composition? L’écriture et votre travail en duo avec les musiciens ? 

RA : Pour cet EP, j’ai envoyé toutes mes idées à Baptiste Bailly, pianiste du groupe,  régulièrement, des déclencheurs musicaux qui donnent souvent naissance à des couplets. Il fait ensuite une sélection et finalise les arrangements. A partir de là, je teste les chansons pour voir l’impact musical en premier. Au niveau du texte, je pars souvent des punchline que j’ai pu sortir spontanément, les mots vont m’inspirer et je crée un univers autour. David, percussionniste valencien, est arrivé après. Il amène une jolie touche acoustique et très espagnole, à la frontière du flamenco.  

 – «Doorways» est votre 1er EP, préparez-vous déjà un 1er album? 

RA : L’EP est effectivement une sorte d’essai avant l’album. Cela permet de voir si le public est réceptif à cette musique. Ces titres sont le début d’une aventure, nous préparons l’album.

« Doorways » 

Roxane Arnal feat Baptiste Bailly   

Label Quart de Lune

Sortie le 9 octobre 2020

En concert, le 10 octobre 2020, au Sunset-Sunside, Paris, Châtelet Les Halles

Tournée en France

www.roxanearnal.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :