Culture Musique

« Avec son frère », le nouvel album du groupe Volo

Cover_Avec_Son_Frere

Les frères Volo, chanteurs, compositeurs et interprètes français, présentent leur dernier album « Avec son frère ». Textes poétiques, mélodies harmonieuses, les ballades sont un appel à l’évasion. Olivier et Frédéric Volovitch forment un vrai duo complice. L’album, sortie prévu le 13 mars 2020,  parait sous le label At(h)ome.

L’un, Frédéric a suivi les cours de la rue Blanche, à Paris, l’autre, Olivier, des cours de philosophie. Les Wriggles, compagnie dont ils faisaient partie, les a propulsés dans le monde artistique.

Leur premier album intitulé  «Bien Zarbos», est sorti en 2005. Toujours accompagnés de leur guitare, ils jouent avec le mélange des styles.

Ils commencent dans des salles de concert et font notamment la première partie d’un concert de Bénabar, avant de se lancer dans un enregistrement en acoustique.

Puis, ils enchaînent  les sorties d’album : en 2007, « Jours heureux », en 2009 « En attendant », en 2013, «Sans rire », en 2017 « Chanson française ». Evasion, liberté, simplicité, le clip  « Tabarnak » est réalisé dans un décor québécois, lacs, arbres verdoyants, feux de cheminée, qui évoque un moment d’apaisement, de sérénité.

Aujourd’hui, « Avec son frère », semble faire un point sur leur carrière qu’ils ont menée ensemble, soudés et complices. En toute simplicité, ils manient la plume avec philosophie, légèreté et dérision. « En vérité » : « je sais que je t’aime et c’est tout,…En vérité je ne sais plus si je marche ou si je respire ».

VOLO_0283_COLOR┬®YANN_ORHAN
@Yann Orhan, Olivier et Frédo Volovitch

 

Interview de Frédéric Volo

-Comment avez-vous commencé la musique ?

FV : La batterie est le premier instrument que j’ai découvert. J’ai  découvert la guitare sur Paris, quand j’étais étudiant à la Rue Blanche.  Cet instrument était plus maniable. A l’époque, j’avais 18 ans et je m’installais à Paris pour suivre des cours de théâtre, à l’école de la rue Blanche, qui était une école d’art dramatique publique. Une bande de copains s’est vite constituée et nous nous retrouvions le soir pour chanter et écrire des chansons. Plus tard, nous avons créé une compagnie, Les Wriggles, entre copains. Nous étions cinq, Christophe Gendreau, Stéphane Goudron, Antoine Réjasse, Franck Zerbib et moi-même. Notre seul instrument était la guitare acoustique et notre écriture centrée principalement sur le quotidien tourné en dérision. Je menais deux projets en même temps, la sortie de l’album en 2005, Les Wriggles en 2009, puis aujourd’hui « Avec mon frère ».

 

-Qu’est-ce qui vous a amené à travailler tous les deux ?

FV : Mon frère est arrivé à Paris pour suivre des études de philosophie. Tout en étant étudiant, il écrivait des chansons que l’on chantait lors des réunions entre copains et lors des repas de famille. Il a aussi rejoint l’aventure  des Wriggles où il était régisseur. Parallèlement, nous travaillions pour nous, de nouveaux textes, de nouvelles compositions. Nous avons pris le temps de penser à la scène. Nous avons donné nos premiers concerts dans des bars et nous y avons pris goût. Ainsi, « Bien Zarbos », premier album est sorti en 2005.

 

– Vous avez fait partie du groupe  Les Wriggles, une étonnante compagnie avec un spectacle incroyable. Qu’en retenez-vous ?

FV : Cette aventure est partie d’une relation entre copains. Nous étions tout le temps ensemble à jouer de la guitare et chanter des chansons. L’idée de monter une compagnie est arrivée rapidement. Se présenter aux castings et aux auditions était bien plus compliqué que de créer nous même et d’être acteur de notre propre création. Ainsi est né « Les Wriggles ». Il y avait une prise de décision commune.

 

– Dans le dernier album, vos textes sont empreints de poésie et de douceur, avec des titres comme « Disons », « Un peu beaucoup », « Chanson d’automne », « En vérité »…. De quoi vous inspirez-vous ? Quels sont les thèmes qui vous touchent plus particulièrement ?

FV : Les thèmes des chansons de l’album « Avec mon frère » tournent autour de ce que l’on vit à nos âges, des histoires de notre entourage, du quotidien, des thèmes autour de la relation amoureuse,  de la crise de la quarantaine, de l’amitié, du temps qui passe, tout dépend des albums. Nous nous inspirons de la vie et des différentes étapes. C’est un des points communs que j’ai avec mon frère. Nous aimons parler des choses simples, avec simplicité et vérité.

 

– Quelques mots sur la situation actuelle de « guerre sanitaire » et de confinement?

FV : Nous allons essayer d’exister sur les réseaux sociaux  et continuer à faire de la musique,

« Confiné, solidaire et fraternel », voilà les trois mots qui me viennent à l’esprit. C’est peut-être l’occasion de changer le monde, de se préoccuper de la nature et de l’écosystème. L’être humain est au centre de nos préoccupations. Prochainement, nous repartirons en tournée.

 

« Avec son frère »

Volo

Chez At(h)ome

Sortie de l’album le 13 mars 2020

En concert, à La Cigale, à Paris, le 2 novembre 2020 (sous réserve)

 

« En vérité », Clip-vidéo, le 27 mars 2020

 

 

http://www.volo.fr

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :