Musique

« Blue Shaman », le nouvel album d’Abaji

Musicien, multi-instrumentiste, Abaji parcourt le monde et fait de l’instrument sa matière première, son centre. Entre musique traditionnelle et classique, il trouve le savant mélange pour rendre sa version, à la fois méditative, philosophique et médicinale. « Blue Shaman » est son huitième album au son délicat et aux rythmes traditionnels et celtiques, chaleureux et envoutants. Sortie le 12 mars 2021.

Après l’album « Route & roots », Abaji propose ce nouveau son. Le blues, l’Inde et l’orient sont ses principales influences musicales. Musicien nomade, dans la vie et dans l’âme, lui-même d’origine arménienne, né au Liban,  il parcourt le monde et découvre des instruments, des coutumes et des modes de vie. La musique fait partie intégrante de sa vie. Il l’aborde avec sa propre philosophie. Son instrument fétiche la guitare sitar spécialement créée pour lui, qui se transforme, avec l’archet, en violon oriental.
Dans ce nouvel album, il collabore avec des musiciens, l’accordéoniste écossais Donald Shaw et le flutiste, joueur de cornemuse Michael McGoldrick. L’histoire est différente, une invitation à un voyage sur des terres où le rythme a une autre résonnance, entre orient et occident.

Interview: Abaji

-Qu’est-ce qui vous anime lorsque vous faites de la musique ? Qu’est-ce qui vous a fait choisir ce domaine ?

A : La musique soutint ma vie depuis le début. Mes autres activités l’ont enrichie. Elle n’était pas prévue pour être ma vie. J’ai une conscience un peu particulière de la musique et de la scène qui serait liée au Ying et au Yang. Ce sont deux choses qui permettent que l’on se complète soi-même dans le mouvement de la vie. Comprendre son intérieur pour que l’extérieur soit plus compréhensible à soi- même et aux autres. Lorsque je suis sur scène, j’ai besoin de savoir que c’est profondément moi qui suis en train de jouer pour que la personne qui écoute comprenne le voyage que je propose.  Je dois être sûr de ce que je suis en train de faire. L’interaction va et vient. Lorsque je fais mes voyages musicaux à travers le monde, la musique que je joue ne doit pas être liée seulement au territoire, elle doit être liée au territoire à travers moi. Je ne joue pas de musique traditionnelle ou classique, mon désir est de les transformer grâce à l’apport que j’y ferai par la vie que j’ai menée. La musique fait partie d’une philosophie de vie. Je pense même que la musique et la médecine sont liées. Le voyage est le début de la guérison si l’on arrive à imaginer, si l’on se tourne vers les autres. Je suis extrêmement chanceux d’avoir eu dans ma vie la musique. Je l’ai rencontrée à travers des dizaines d’instruments qui m’ont passionné au toucher, à la résonnance, à la transformation. Ils font partie du voyage. Les instruments me donnent la direction du chemin que je vais prendre.

Une anecdote, lorsque j’ai un instrument, mon inquiétude première est de savoir comment le protéger. J’ai trouvé la boite qui sert de protection. Je ne suis tranquille que lorsque l’instrument a trouvé sa maison. L’instrument doit voyager et faire voyager.

Je suis comblé lorsqu’on me dit que ma musique a provoqué beaucoup d’émotions, a déclenché des souvenirs, plutôt que d’entendre « vous jouez bien ».

-Multi-instrumentiste, vous avez une grande connaissance de la musique, des musiques du monde, des langues. Comment avez-vous trouvé ce fameux mélange de genre qui caractérise votre musique ?

A : Je ne l’ai pas trouvé, il m’a trouvé. Je suis né au Liban, dans une famille qui parlait plusieurs langues que je ne comprenais même pas au début. Le chemin de la compréhension des langues est comme la rencontre avec un instrument que je ne connais pas. Je joue de nombreux instruments. J’ai commencé par la guitare, puis le monde des instruments s’est ouvert à moi. Lorsqu’un musicien écoute ma musique, il ne devrait pas se douter que je n’ai jamais appris à jouer de ces instruments.

Il devrait être pris par le résultat, par la combinaison de mon âme et de l’âme de l’instrument. Jouer plus vite ou mieux ne m’intéresse pas. Par contre, jouer pour faire ressentir quelque chose, pour faire passer la musique à autrui est un vrai bonheur. La réalité du Shaman, titre de l’album, est le vecteur. Il fait passer l’émotion de la personne à un monde invisible. La musique est un monde invisible. Je suis le vecteur. Pour moi, catégoriser les gens, les guitaristes par exemple, n’a aucun sens. Par contre, celui qui m’a le plus touché par un morceau à du sens.

-Vous avez une longue expérience dans le domaine musical avec de nombreux albums notamment dans la musique de film. Quel est votre souvenir le plus marquant ?

A : Mon but dans la vie est de composer. Lorsque je regarde un film, j’attache beaucoup d’importance au son. J’y travaille toujours. Mes musiques ont été intégrées dans les bandes sons.

Un souvenir marquant est la découverte d’une de mes musiques dans un film sans que je sois au courant. Il m’est arrivé de regarder un film et de m’apercevoir au bout de quelques notes que la musique est mienne; une musique donc volée. Souvent je ne suis pas cité, le compositeur de la BO a posé deux trois musiques principales et les musiques additionnelles ne sont pas citées au générique. A la différence des autres, dans tous les films américains où j’ai été intégré, mon nom a été cité.

Je compose de la musique soit pour passer une émotion, soit je compose des musiques pour un film. J’essaye de comprendre l’essence de l’émotion humaine et comment ma musique va entrer dans un film que je ne connais pas.

-Avec ce nouveau projet Shaman, enregistré en Ecosse avec Michael Mc Goldrick et Donald Shaw, quel effet pensez-vous avoir ajouté à vos compositions ? Quels instruments avez-vous mis en avant ?

A : J’ai beaucoup d’amour pour les musiciens qui ont les mêmes idées que moi, qui transportent l’émotion comme moi et qui abordent la musique de la même façon. J’ai rencontré ces deux musiciens incroyables, talentueux, Michael Mc Goldrick et Donald Shaw. Ce dernier est le directeur d’un festival de musique celtique, « Celtic Connections », à Glasgow. Il m’a invité, il y a un an, à jouer dans son festival. Il m’a fait ensuite rencontrer Michael Mc Goldrick, le plus grand musicien de musique irlando celte, de cornemuse et de flûte. Ces instruments transportent une culture très précise. Ces deux musiciens dépassent leur tradition. Je connais mes traditions mais ma vie transforme dans ma musique ces traditions là, dans ma musique. Ils le font aussi dans les musiques celtiques. La rencontre était intéressante. La magie a été de me trouver dans ce festival en leur compagnie. Nous avons enregistré en studio quatre titres. La nouveauté dans « Blue Shaman » par rapport à mes autres albums est ce que ces musiciens ont apporté. La beauté du chemin est dans l’échange avec eux. Ils ont offert leurs traditions transformées, leur musique, leur cœur. Nous avons co-écrit le titre et joué sans partitions. Mon désir est de maitriser seulement l’émotion, non les notes. Les co-musiciens apportent leurs notes dans l’émotion que je propose, sans prévoir. Il y a eu une prise pour chaque morceau. Mon travail ensuite est de rendre le plus beau possible tous ces sons. Avec le recul du mixage, je fais une mise en scène des notes jouées ensemble. Etant moi-même pour mes disques au mixage et au mastering, le mixage fait partie intégrante de la musique jouée. L’ingénieur du son propose une mise en scène, un spectacle. Il y a quelque chose de cinématographique. Deux musiciens, l’un d’une tradition orientale, l’autre d’une tradition celte, se sont rencontrés.

Blue Shaman

Abaji

Sortie le 12 mars 2021

Clip-vidéo
https://youtu.be/RU7SydVgEpc

Blue Shaman et Celtic blues

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :