Mode

Haute couture, la créativité d’Imane Ayissi: « Amal-Si », collection automne-hiver 2020-2021

Le styliste, originaire du Cameroun, Imane Ayissi, présente, online, sa collection Haute couture, automne-hiver 2021. Il s’agit d’une fashion-week digitale, du 6 au 9 juillet 2020.

Créateur inventif, autodidacte, Imane Ayissi développe ses idées dans des vêtements couture, confectionnés avec délicatesse, application et savoir-faire.

La mode est un univers qu’il connait bien, ayant défilé pour différentes maisons célèbres et dansé aux côtés d’un certain nombre de personnalités.

Aujourd’hui, il s’exprime à travers les dessins, la couture. Son univers est coloré, influencé par les traditions et les coutumes. Le vêtement a sa propre histoire.

Imane travaille le jersey, il mélange des tissus basiques et des tissus africains avec du taffetas, du satin, de l’organza et de la dentelle, de la mousseline ou encore l’ottoman. Il crée des bijoux d’inspiration africaine.

De nombreuses collections à son actif : « Koué Meutouana », une des premières en 1992, « Badajga », en 2000, « Idoutt », collection automne-hiver 2012, « Beussanda », collection printemps-été 2015, « Akouma », collection printemps-été 2020.

La présentation du créateur met en avant sa recherche d’originalité et d’élégance. Les robes sont constituées de morceaux de tissus colorés, dépareillés et assemblés : comme des pétales de fleurs laissant transparaître des parties du corps. La robe en tulle est impressionnante par son volume. Féminité et élégance, couleur et caractère, superposition des tissus, le créateur s’est inspiré de l’ambiance actuelle : « Amal-Si », en camerounais, « le malheur qui frappe la terre ».

@Imane Ayissi, co automne-hiver 2020-2021, « Amal-Si », look 1 et @fabricephoto

Interview : Imane Ayissi

– Vous avez de nombreuses expériences notamment dans le milieu de la mode et de la danse. Comment avez-vous commencé votre carrière de styliste ?

IA: J’ai commencé, très jeune, a travailler pour une marque de mode « Blaz design » au Cameroun. J’avais 18/19 ans. J’étais complètement autodidacte. Au Cameroun, à cette époque, il n’y avait pas vraiment de formation pour ce type de métier. Lorsque je suis arrivé en France dans les années 90, la danse et le mannequinat ont pris un peu le pas et ont été mes principales activités. Peu à peu, j’ai recommencé graduellement à créer des vêtements pour des amies, puis des clientes privées, avant de refaire des collections complètes et de lancer vraiment ma marque.

– Comment définiriez-vous votre marque en trois mots? Quelle image de la femme souhaitez-vous véhiculer?

IA: C’est assez difficile pour moi de le définir. Ma démarche ne part pas d’une réflexion marketing. Je dirais que c’est une marque de luxe, parisienne avec un héritage de différentes cultures africaines. Je crée pour des femmes très différentes mais je dirais qu’elles ont toutes en commun une forte personnalité. Elles sont indépendantes. Pour elles, s’habiller est aussi un geste culturel. Elles sont sensibles au raffinement, au travail artisanal minutieux.

– De nombreuses créations à votre actif, quelles sont les étapes de la création de cette dernière collection haute couture, automne-hiver 2021, présentée online?

IA: C’est une collection un peu spéciale puisqu’elle a été créée et produite pendant une période où tout était bloqué. Envoyer ou recevoir des produits de pays étrangers était compliqué. La situation sanitaire, économique sociale m’a amené à me poser beaucoup de questions sur la mode, la création, l’impact de la mode sur la nature…etc. A partir de là, j’ai tout de même décidé de créer une collection, mais en partant du concept : créer lorsqu’on n’a plus rien. D’où l’idée de produire cette collection à partir de chutes de tissus d’anciennes collections et de commandes. Ce sont ces chutes, leur matière, leurs formes qui ont guidé en grande partie les silhouettes créées.

– Le monde change avec les événements. Après cette crise sanitaire mondiale, comment envisagez-vous la mode de demain?

IA: Je pense que cette crise a appuyé de façon plus forte sur des problèmes dont nous étions déjà conscients avant : la surproduction, la surconsommation, la course aux prix toujours plus bas qui conduit à l’exploitation de populations vulnérables. Le rythme effréné des collections qui fait perdre toute valeur à la notion de nouveauté ou de création. Les textiles polluants comme les textiles synthétiques qui rejettent des milliards de fibres plastiques dans les fleuves et les océans à chaque lavage…etc. Ça me conforte plutôt dans mes démarches : la recherches de textiles organiques ou en tous cas naturels, qui évitent la pollution plastique. Ralentir le rythme avec deux collections par an et l’idée que des créations puissent être vendues pendant plusieurs saisons. Vendre des produits qui ont un sens et parfaitement fabriqués pour qu’on puisse les conserver et les porter longtemps…etc. Malheureusement, j’ai peur que les habitudes de surconsommation de mode jetable ne disparaissent pas comme cela chez beaucoup de consommateurs et que la fast fashion, qui est vraiment problématique, dure encore un bon moment… Mais cela ne doit pas décourager les bonnes volontés, ceux qui veulent faire autrement.

Imane Ayissi

Collection automne-hiver 2021

Haute couture, Présentation digitale

Fashion-week haute couture digitale, du 6 au 9 juillet 2020

Paris fashion-week online

www.fhcm.paris

www.imaneayissi.com

Imane Ayissi AW 20-21 Amal Si

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :