Musique

Charlotte Fever, « La fille du ciel »

Charlotte Fever, groupe de musique pop-disco français, composé de Cassandra Hettinger et Alexandre Mielczarek, présente son deuxième EP, « La fille du ciel », aux résonnances disco, accompagné d’un livret de nouvelles érotiques illustrées. Sortie le 14 février 2021, sur le label Riptide Records.

Le groupe s’est longtemps imprégné de sons exotiques mélangeant synthé et guitare, notamment avec la reprise de « Carioca » d’Alain Chabat et Gérard Darmon. Influencé par Gainsbourg, Magic Fly, Cerrone. Ils suivent à travers leur musique un certain courant  et forment un duo complice.

Le premier EP, composé de cinq titres, « Voyeurs », « Gang naturiste »…, sorti l’année dernière, a propulsé ce duo sur la scène parisienne du Point Ephémère et sur bien d’autres scènes dans différents coins du monde dont la Corée du Nord.

« La fille du ciel », premier single, disco-pop, relate l’histoire d’une femme, en quelque sorte une muse qui est au centre de l’histoire.

« Minuit. Quelque part dans l’univers. Devant un immeuble aux lumières tournoyantes, une foule attend. ( …) Chaque jour plus nombreux à venir voir de leurs propres yeux celle qui fascine les peuples des quatre coins de la galaxie. (…) »

Sur des paroles sensuelles et charnelles, le duo s’est associé avec l’écrivain Lucie Bremeault  qui a réalisé un livret de nouvelles érotiques. Une association inattendue pour un résultat surprenant, cet EP invite le spectateur à entrer dans un monde rêvé, un univers doux et onirique.

Interview : Cassie et Alexandre

– Quelle a été votre rencontre et quand avez-vous décidé de créer ce duo?

Alexandre: Nous nous sommes rencontrés il y a environ dix ans, une histoire d’amitié qui dure. J’avais un groupe de rock psychédélique avant de me lancer dans cette aventure. Cassie avait rejoint le groupe pour faire des chœurs avant qu’il ne splitte. Nous avons tous deux décidé de monter notre propre projet, un duo spontané. Ce qui était plus simple pour nous, pour tourner et pour faire une musique plus accessible. Nous avons créé le groupe Charlotte fever.

Cassie: Nous sommes amis depuis longtemps. Nous avions vraiment envie de faire de la musique simplement, sans problème, sans heurt mais plutôt dans l’optique de s’amuser, de créer dans une bonne entente. Humainement, nous nous accordons très bien. Cette histoire a pris de l’ampleur et nous sommes devenus un groupe.

– D’où vient ce titre « Charlotte Fever » ?

Alexandre : Charlotte, une amie en commun, est le symbole du groupe. Elle porte aussi le projet à sa manière car elle est devenue la manager du groupe. Notre construction s’est faite finalement avec des relations, de bonnes ententes, des amitiés. Ainsi le projet a pu aboutir. Je laisse Cassie expliquer le mot « fever ».

Cassie : Une drôle d’histoire…la première fois que nous avons décidé de créer le premier titre, Charlotte, présente au studio d’enregistrement, était malade et avait de la fièvre. La « fever » est donc pour cette journée où l’on a préféré faire de la musique plutôt que de s’occuper de son rhume.

« Fever » également pour le discours et pour ce que le mot représente, les soirées, la fête, le disco. Il collait bien avec l’univers que nous défendons.

Alexandre : « Fever » colle aussi avec l’actualité, la Covid,   ah ah …

Cassie : Sans blague, il est plus intéressant pour nous de mettre en avant une personne qui pousse le projet depuis le début. Nous sommes bien deux dans le groupe avec Alexandre mais réellement le groupe s’étend à plein de personnes qui soutiennent le projet. Au lieu de mettre en lumière « Alexandre et Cassandra », nous avons choisi « Charlotte ». On a tendance à mettre les projecteurs sur les artistes mais il y a autant de travail autour. Peu de groupes réussissent aujourd’hui qu’avec du talent. Il faut un bon entourage professionnel.

– Votre musique comprend de nombreux instruments dont des synthés, des claviers, des basses, des guitares. Les rythmes sont assez dansants voire envoutants. Comment qualifieriez-vous votre musique ?

Alexandre : Nous parlons plus d’influences même si notre musique est qualifiée de pop d’influences. Il n’y a pas réellement de sens à cette définition. « Charlotte fever » est un mix entre les groupes Niagara, Cerrone, Gainsbourg, pour les plus récents Polo and Pan, Sébastien Tellier.

Cassie : Le genre peut évoluer dans un groupe. « Charlotte fever » peut être qualifié de pop. Le genre est vaste, les styles sont multiples. Dans notre deuxième EP, nous changeons d’univers. Il y a toujours la patte « Charlotte fever ». Il est difficile de se ranger dans une case.

Alexandre : Je me perds beaucoup dans les genres musicaux. Du coup, donner un genre musical bien défini ne nous correspond pas. Nous ne nous repérons pas.

Cassie : Tout dépend où nous portons notre attention, sur quoi l’auditeur va se concentrer. Un morceau avec une guitare va être qualifié de rock car l’instrument est représentatif. On peut ajouter à la guitare, une percussion qui va donner un côté « Cha Cha Cha » à la musique. Il est donc difficile de la classifier.

– Après un premier EP bien accueilli, vous présentez aujourd’hui « La fille du ciel ». Pourquoi avoir choisi les nouvelles érotiques ? Que représente ce personnage ? Quelle a été votre collaboration avec l’auteur ?

Cassie : Nous avons écrit « La fille du ciel » il y a un an. La ligne conductrice est ce fantasme, la femme, forte et indépendante, le corps des femmes. Il s’agit de gens obnubilés par cette femme, définie comme une comète. Ils voudraient l’atteindre mais ils n’y parviennent pas. Ainsi, ils la fantasment et l’idéalisent. Nous voulions travailler sur plusieurs supports. Nous travaillons déjà avec des illustratrices pour les covers d’EP, pour un clip vidéo, dont Anna Wanda Gogusey, Léa Chastagne. Pour « La fille du ciel » nous avons pensé à une autrice. Il était intéressant d’avoir ce côté illustré par les mots. Connaissant le travail de Lucie Bremault, autrice, nous lui avons proposé de travailler avec nous et nous lui avons fait écouter le morceau. Elle a été inspirée et le projet a abouti. Lucie a écrit la nouvelle « La fille du ciel » et les autres textes qui accompagneront chacun des morceaux de l’EP. Cet écrit donne du relief à notre musique. Les dessins, le texte et la musique en font une œuvre complète et originale.

Alexandre : Concernant notre collaboration et notre échange artistique, Lucie nous a d’abord proposé quelques jets de ses écrits. Nous lui avons fait plus de retour de forme que de fond. Lucie Bremault a écrit l’histoire. Le fond nous a plus instantanément.

Cassie : Effectivement, nous lui avons donné tous nos textes de chansons, sans lui révéler notre lecture. Une chanson peut avoir plusieurs lectures. Il était important que Lucie possède sa propre lecture de l’histoire pour donner sa version à elle.

– Dans la continuité de l’EP préparez-vous un album ?

Alexandre : Nous travaillons déjà sur la réalisation d’un album. Tous les morceaux sont composés. Il faut maintenant aborder la phase mixage et enregistrement. Le projet est bien avancé.

©Kévin Blain, Charlotte fever

« La fille du ciel »

Charlotte Fever

Nouvel EP

Accompagné du recueil de nouvelles érotiques illustrées de Lucie Bremeault

Label Riptide Records

Série de mini-films de leur tournée en Amérique Centrale, septembre 2019

http://www.charlottefever.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :