Culture Musique

Dead Myth, le groupe de rock psyché, présente un premier EP et le clip-vidéo Gravity

thumbnail_Dead_Myth_Carré

Le groupe de rock psyché Dead Myth, créé en 2018,  présente un premier EP composé de cinq titres qui sortira le 22 mai et d’un clip-vidéo « Gravity », le 16 mai 2020. Des sons rock psyché teintés de punk garage.

Dead Myth a sorti, en 2019,  deux premiers titres sur les plateformes de streaming : Love Awaits et Boundary. Composé de Baptiste Olivier, à la batterie, Clément Mehenni, à la basse et François « Frenchy » Sement, au chant et à la guitare, le trio de musiciens est installé entre Le Havre et Paris.

Lauréat de la première édition d’accompagnement « Strarter » par Art en Sort, ils ont aussi partagé l’affiche avec L.A Witch et Magic Shoppe. Le groupe a également joué avec Slift, lors de la première édition du Festival « Foul Weather ».

 

thumbnail_Dead Myth-2
@Dead Myth, PV

Interview de Clément Mehenni , bassiste et claviériste

-Comment avez-vous formé le groupe Dead Myth ?

CM : Le groupe a été formé avant mon arrivée. François (chant, guitare) et Baptiste (batterie) avaient commencé à faire quelques compositions. J’étais encore au Havre lorsqu’ils m’ont contacté et m’ont demandé de jouer avec eux. Je suis le bassiste et claviériste. Très vite, nous avons commencé les répétitions. Tout s’est bien enchaîne. L’idée du nom du groupe nous est venue dans une situation de fête. Nous étions dans un bar au Havre et nous jouions à un jeu de fléchettes. A la fin du jeu, une voix robotique dit « Dead Meat ». D’un commun accord, nous avons choisi « Dead Myth », un nom qui sonne bien pour un groupe de rock, à la fois psyché et punk.

 

-Qualifiée de musique rock psyché, alternatif, quelle est votre propre définition du genre musical auquel vous appartenez ?

CM : Pourrait-on dire rock indé. Nous pourrions appartenir à différents. On retrouve du psyché dans notre rock, aussi du shoegaze car il y a beaucoup d’effets de guitare et de synthé, mais nous ne voulons pas être dans une case. Ces dix dernières années, une importante scène s’est formée autour du rock, et du garage notamment. L’ancien rock sixties est devenu un peu plus populaire, actuel. Nous avons fait un mix singulier de genre, de garage, de psyché, sans vouloir imiter les groupes du moment. On ne s’inspire pas toujours des groupes que l’on écoute. On essaye d’aller chercher autre chose.

 

-Quelle expérience retenez-vous de ce premier EP? Comment avez-vous fait le choix du titre Gravity pour le clip-vidéo ?

CM : Nous avons mis presque un an pour réaliser cet EP. Simplement par choix, nous avons souhaité prendre le temps de bien réfléchir et travailler sur cette sortie. Jordan de l’association Art en Sort a mixé et masterisé les 5 titres. Nous avons pris du recul et remodelé certaines chansons, pendant l’enregistrement. Lauréats de la première édition d’accompagnement « Starter » par Art en Sort, l’EP a été intégralement financé via ce dispositif. Donc du temps, et pas de pression. Le titre « Gravity » est le plus punk, le plus « punchy » de l’EP. Nous l’avons mis en lumière pour contraster avec l’ambiance un peu plus solaire de « Love Awaits » sorti puis clipé en mai 2019.

 

-Avez-vous des références musicalement parlant ?

CM : Avec François et Baptiste, nous avons chacun nos préférences mais nous nous retrouvons sur l’écoute de plusieurs groupes : « Cosmonauts », un groupe américain d’un genre très psychédélique, « Diiv », aux sonorités plus tristes, avec une vraie source d’inspiration au niveau des effets de guitare aux possibilités infinies. D’autres plus Garage comme « Parquet courts » ou encore « Thee Oh sees ». On écoute aussi des sons en dehors de notre registre, et tentons de créer des choses différentes et variées sans trop se fixer de limites.

 

-Pensez-vous déjà à la création d’un premier album ?

CM : Nous pensons plus à un deuxième EP, voire un LP. Le confinement, suite à la crise sanitaire, a favorisé nos échanges et clairement accéléré notre processus de création. Aussi nous avons participé à la compilation « Sick Sad World » initiée par Raphael du groupe WHPD pendant le confinement, et repris « Window Shopper » de « 50 cent ». C’était marrant de tenter quelque chose tellement éloigné de ce qu’on a l’habitude de faire. La compile a quand même permis de récolter presque 8000 euros dans le but d’aider les plus démunis, c’est énorme !

 

Dead Myth

EP, dont Gravity

Label, Le Cèpe Records

Sortie de l’EP, le 22 mai 2020

Sortie du clip-vidéo, Gravity, le 16 mai 2020

Réalisation : Vad Him

 

You-tube:

Dead Myth – Gravity Produced, filmed and edited by Vad Him (VH Visual). Shout out to Vad Him, Florian & his cat Ludwig Von Der …

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :