Musique

« Hosannas », EP signé Olivier Marois

Auteur, interprète et compositeur, Olivier Marois présentera l’EP intitulé « Hosannas ». Dans un genre pop-folk, guitare et voix sont ses instruments principaux. Il ajoute à cela des influences électriques.  Sortie de l’EP le 18 juin 2021, chez Roy Music. 

Professeur de tennis, il se dirige ensuite dans les domaines artistiques. Acteur avant de se lancer pleinement dans la musique, Olivier apprend la méthode de l’Actor Studio. Un atout aujourd’hui qui s’applique aussi au domaine musical. 

Le texte a beaucoup d’importance, les mots, les sonorités et surtout la pensée. Toujours attiré par le naturel et la spontanéité, c’est avec un stylo et un carnet qu’Olivier travaille et mûrit ses projets. 

Un premier titre « Libre et léger » est sorti en 2016. De scène en scène, il se produit dans différents lieux parisiens.

Il crée ensuite « Starmyname », des chansons personnalisées pour les enfants. Chaque album est unique. A l’issue de ce projet, est sorti, autour des mélodies de ses deux albums, « Starmyname Cocoon ». 

« Hosannas », qui est au sens littéraire est un réel cri de joie, évoque Olivier, chanteur à la voix grave, parlé-chanté. Réalisé par Talisco, l’EP se compose de cinq titres dont « Le manège », sorti en février et « J’veux juste pas que tu t’arrêtes », sorti le 7 avril 2021 ainsi que le clip-vidéo.  

©Roy Music, Olivier Marois

Interview : Olivier Marois

-Quand as-tu décidé de te lancer pleinement dans la musique ? 

OM : Lorsque j’ai réellement commencé la musique, j’avais déjà plus de vingt ans. Donc assez tard pour un musicien. J’ai toujours aimé la musique. Au départ, j’ai composé pour voir si j’en étais capable. Mon histoire a débuté ainsi. La musique n’est pas vraiment une vocation d’adolescent. Elle est arrivée tard dans ma vie. Le travail est plus solitaire. A l’époque, je cherchais déjà les mélodies. Je dirais même que j’avance par rapport à elles. Je ne fais pas de poésie. 

Tant que je ne trouve pas la mélodie, je ne fais pas la chanson.

-Quelles sont tes références ? Quelle image as-tu du musicien actuel : un poète, un conteur, un messager ? 

OM : La musique que j’écoute ne correspond pas toujours à ce que je fais. Ce n’est pas le but. Je fais ce que je peux. J’ai choisi de chanter en français, la musicalité en est impactée. Elle est différente. La mélodie vit d’une certaine façon. J’aime entendre la musique chantée en anglais. Le choix de la langue a plus d’influence sur ma musique que mon « background » culturel, que mes goûts. Le lien se ferait plus avec les musiques de film que j’écoute, comme Ennio Morricone, Angelo Badalamenti, de la musique sacrée indienne… Elles ne sont pas chantées et non impactées par une langue spécifique. La mélodie doit d’abord me plaire. 

 J’aime la musique comme une chanson sacrée, un peu comme un chant indien. Il doit y avoir quelque chose d’incantatoire. Les chansons néoréalistes, journalistiques ne sont pas à mon goût. Je ne suis pas condamné à tel type de chanson. Je suis plus attaché au ressenti qu’à la portée du texte.

Pour ce qui est du musicien, je vois les choses simplement. Je ne suis pas là pour expliquer la vie. Les chansons de l’EP sont plutôt gaies. 

Nous adorons certains poètes qui parfois sont tristes ou lourds à lire, il faut l’entendre au sens du réconfort. Il y a plus l’idée de fraternité et de connivence. La personne qui écoute ma musique va voir là où je veux en venir. Je ne fais pas de chanson générique. J’écris à moi-même ou à une personne bien précise. Je ne parle pas à une assemblée. 

-Avant de présenter cet EP tu as eu diverses expériences musicales de la scène à la création de « Starmyname », chansons pour enfant. Comment as-tu travaillé et pensé ce projet ? 

OM: Lorsque j’ai créé Starmyname, j’allais être papa. Mon fils est né quelques mois après. Je suis musicien, à cette époque j’ai pensé tout de suite à écrire quelques chansons. Au départ, j’avais composé une chanson pour son anniversaire. Le projet a pris plus d’ampleur. Plus tard, j’ai aussi créé un album avec mon fils qui a participé au projet.

– « Hosannas » est le titre de l’EP, quel sens y donnes-tu ? A quoi fais-tu référence ? 

OM: Le sens premier de « Hosanna » est un chant de joie, de triomphe et de célébration ; un peu comme une chanson indienne, sans le côté sacré de la religion mais plus comme une invitation à un moment. J’y vois ce sens là.

 Les chansons sont plutôt gaies avec toujours ce sens de la fraternité. Les histoires se ressemblent à quelques détails près.

« Zana pink palace », chanson de l’EP évoque cette fraternité. Nous sommes tous dans le même bateau. Les histoires tragiques de chacun se ressemblent. Tel est la condition humaine, nous avons les mêmes peurs à quelques détails près.

Au départ, j’avais pensé au titre « Les marins perdus de Las Vegas », ce vers est dans le texte. L’image est juste. Il n’y a pas de port à Las Vegas. Idem pour nous, nous sommes tous des marins perdus de Las Vegas, alors « viens on chante, on se marre… ». Voilà le sens de la chanson. C’est une histoire de commisération. 

Pour m’assurer que ce soit sincère, je ne parlerai pas de quelque chose dont je ne suis pas capable de saisir l’abstraction.

J’ai choisi les titres de cet EP non en fonction des dates de création des chansons mais par rapport à la chanson elle-même. Je me sens libre à la fois dans la création et dans mes choix.

Il y a beaucoup de hasards, autant faire les musiques qui me plaisent. Tout le monde a le droit de faire de la musique. S’il n’y avait que Mozart qui en avait eu le droit, il y aurait peu de musiciens. 

– « J’veux juste pas que tu t’arrêtes » est le titre sorti récemment avec le clip vidéo. De quoi t’es-tu inspiré ? Pourrais-tu m’évoquer un de tes souvenirs marquant de création ? 

OM : Pour ce titre là précisément, je cherchais une mélodie en jouant de la guitare comme je le fais habituellement. J’ai trouvé la mélodie du couplet. Ces quelques notes m’ont renvoyé à un moment très précis, une sensation particulière qui datait de quelques mois auparavant. J’ai été transporté à ce moment-là. Je n’en dirais pas plus.

La mélodie me plaisait beaucoup. Une sensation s’est emparée de moi et j’ai trouvé « J’veux juste pas que tu t’arrêtes ». Les choses importantes de la vie tiennent dans une petite phrase, ainsi j’aime travailler sur la redondance et non l’accumulation de vers ou de lignes inutiles. Mes chansons sont souvent basées sur une forme avec peu de texte. Je suis sincère et la forme est vraiment à moi.

Idem pour les autres titres. Je peux chanter aujourd’hui un titre écrit il y a douze ans, comme « Libre et léger », sorti en 2016. Je sais exactement de quoi je parle. Je ne songe pas à une histoire qui n’est pas la mienne. J’ai besoin que les choses soient ancrées.

J’aime l’idée que cet EP me présente.

-Penses-tu déjà à un prochain album ?

OM : L’EP sortira en juin. Grâce à mon label, Roy Music, j’ai fait la rencontre de Jérôme Amandi, nom de scène Talisco, avec qui j’ai travaillé sur cet EP. Il a fait les arrangements et a géré la production artistique. Je lui ai laissé beaucoup de liberté. Nous nous sommes parfaitement entendus et la rencontre a été très positive. Après la réalisation de cinq titres, j’envisage d’en faire cinq ou six autres de plus avec lui. Ensuite, il y aura des concerts, une tournée et la sortie d’un album entier avec la suite de cet EP.

« Hosannas »

Olivier Marois

Label ROY Music

Sortie le 18 juin 2021

http://www.roymusic.com

https://official.shop/roymusic#_olivier-marois

Clip-vidéo

https://ffm.to/oliviermarois-jveuxjus…

Facebook : https://www.facebook.com/OlivierMarois.

Instagram : https://www.instagram.com/maroisolivier/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :